Récits individuels - - Histoire d'Os

La Rebellion d'un Corps et d'un Esprist


Le "Plus Audax Tournaisien" Henri Labasse nous fournit un texte d'émotions valant son pesant d'os et de motivation.

24 Février 2006, 8h du mat'
Chambre 115,
Clinique Reine Fabiola de Montignies sur Sambre,


"Joyeux anniversaire, docteur Labasse .... " entonnent les infirmières au pied de mon lit d'hôpital.

J'y gis inerte, le regard glauque, la tête ailleurs, la "patte" droite dans une attelle. Dans deux heures je passe sur le billard... De mon 74ème anniversaire, je me souviendrai !

La veille, avec l'audaxlabasse_par_tignon.jpg Louviérois Marcel Lefebvre, alias Marcelino, nous avions repéré partiellement le 200 BRB du club. Nous rentrions tranquillement par le chemin de halage quand, à hauteur des ascenseurs de Strépy-Bracquegnies, je déchausse dans la petite montée. Précipitamment, je mets pied à terre mais perd l'équilibre. Et me voici sur le sol ... avec la hanche droite en morceaux !

"Fracture compliquée", m'annonce le chirurgien qui ajoute, sûr de lui : "Tu en as pour trois mois ! " D'où le cri : "Trois mois ! Et MA 12ème MARMOTTE ? "
La réplique fuse : " Cest quoi ça, TA MARMOTTE ? " ...

J'explique : " Une cyclosportive que j'ai déjà roulée onze fois au départ de Bourg d'Oisans; et qui franchit la Croix de Fer, le Télégraphe et le Galibier pour une arrivée à l'Alpe d'Huez. "

La réponse immédiate est la preuve vivante de l'inhumanité de la médecine malgré sa haute compétence : "Tu peux faire une croix (de Fer !) sur la Marmotte ... et même sur toutes ces conneries à vélo."

Il me faut subir des justifications : "Tu en es à la 15ème fracture. Tes os sont fragiles. Tu es un musée (par chance, vivant) de traumatologie osseuse !"

Verdict sans appel ! Il est clair et net, l'homme confrère ! Mais ....

8 Juillet, 20h38,
Sommet de l'Alpe d'Huez, le jour de la Marmotte,


J'achève ma 12ème MARMOTTE ! Que du bonheur après des mois de galère !!

Et oui, ce jour j'ai bien gravi le col du Glandon (1924m) en remplacement de la Croix de Fer qui labasse_par_tignon_05.jpgest fermée pour cause de travaux, le Télégraphe (1430m), le Galibier (2645m) et l'Alpe d'Huez (1860m). Une "balade" de 175 kms agrémentée de 5000 mètres de dénivellation.

Me voila de nouveau ... le "plus vieux cyclo" à terminer là-haut !

Entre-temps ...
C'est-à-dire de Février à Juillet 2006


J'ai fui l'hôpital et ses malédictions (!) avec toutes sortes de ferrailles dans la cuisse droite. chapeau, car sans rancune, au confrère qui a superbement bien travaillé.

Séances fastidieuses de home-trainer à domicile. Je m'en lasse vite. Mon copain, Jean-Pierre B., me suggère de reprendre la route sous sa protection ! Nous sommes le 22 avril.

Je peux à grand peine me hisser sur le vélo et Jean-Pierre doit m'en descendre. Pas pratique, mais tellement mieux que le home-trainer !

C'est le début d'une longue saga. Dès la mi-mai, je roule en effet sur les Brevets Cyclo-Côteurs, même si j'y sue sang et eau.

Je mords dans le guidon et m'accroche à la tâche. La Magnifique à Rochefort, Oupeye, la Flèche de Wallonie à Spa, Autour du Giro à Seraing, Les Boucles de la Semois à Bertrix : voila mon Chemin de Croix.

21 Juin 2006
La Transhumance annuelle en Savoie.


Je m'exerce alors à grimper des cols et ... ça passe ! Mais qu'ai-je dû ahaner sur les pentes de La Toussuire, puis des cols des Près et du Frêne, dans la Randonnée du Prieuré, et puis sur Jarrier, le Télégraphe et le Galibier ou encore les cols du Gran Serre, d'Ornon et la montée sur Vaujany dans la Vaujany Senior et, enfin, sur la grimpée de l'Alpe d'Huez puis de Vaujany dan le Prix des Grandes Rousses.

Dès lors, pourquoi pas La Marmotte ? Je dois, au préalable, me construire un solide mental, exercice où j'excelle. Il me faut aussi convaincre Marie-Claude, mon épouse : tâche beaucoup plus ardue !

Je suis donc prêt à affronter la Marmotte et ses vicissitudes. Laissez-moi vous conter celle qui faillit faire tout capoter.

Au sommet du Glandon, la gendarmerie va bloquer l'arrière du peloton, durant environ une heure, pour permettre aux amulances d'évacuer les cyclos qui se sont "loupés" dans la descente très étroite du col.

Or l'organisateur omet de répercuter ce retard sur les délais d'élimination à Bourg d'Oisans, au pied de l'Alpe d'Huez.

Je me présente ... 5 minutes trop tard ! Dialogue avec le préposé : "Vous êtes hors de course. Veuillez me remettre votre plaque de cadre" - "Pas question ! Je vais grimper l'Alpe d'Huez." - "C'est un ordre préfectoral..." - "Dites au Préfet que je ... " (La bienséance et la honte rétropesctive m'empêchent de reproduire mes propos peu amènes)!
labasse_par_yves_verbeke.jpg
Le courroux gronde, la colère m'étreint. Je force le passage et "j'attaque" l'alpe d'Huez, la rage au coeur, la tête en ébullition et le feu dans les jambes. Quoi sinon ? Toutes ces souffrances pour des prunes ?

D'autres, comme moi, ont bravé l'ordre préfectoral. nous serons d'ailleurs tous classés là-haut. Je termine, doyen des lauréats (74 ans), ma 12ème Marmotte au 4125ème rang, en 13h26 minutes. Nous étions plus de 6000 a départ !

COMME MON MENTAL,
MES OS ONT TENU !
HOUPS !!


Bibliographie :
Henri Labasse (ex-chirurgien à La Dorcas à Tournai),
André Tignon,
Uatiquement Vôtre n°33 de 2007.


Date de création : 19/01/2007 @ 17:06
Dernière modification : 29/10/2013 @ 19:08
Catégorie : Récits individuels
Page lue 6587 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^